skip to Main Content
La pratique
des styles

La calligraphie latine
est l’Art de la belle écriture
tel qu’il s’est développé en Europe
sur la base de l’alphabet latin

La pratique des styles

La tradition latine

 
 

Moins célèbre que les calligraphies arabe et asiatique, la calligraphie latine est l’Art de la belle écriture tel qu’il s’est développé en Europe sur la base de l’alphabet latin. La raison de cette moindre popularité est sans doute à rechercher du côté de la relative jeunesse de cette tradition artistique, dans la mesure où, bien que les calligraphies européennes prémodernes ne manquent pas de beauté (notamment via l’association d’enluminures), la calligraphie latine n’est devenu un Art à part entière qu’assez récemment, après que, mettant fin à la tradition du manuscrit et au métier de copiste, l’invention de l’imprimerie ait libéré l’écriture du service de la reproduction.

Le dix-septième siècle est en effet connu comme “le grand siècle de la calligraphie” parce qu’il a donné lieu à une floraison de formes artistiques qui n’aurait pas été possible du temps où l’écriture avait pour finalité une production de manuscrits davantage artisanale, voire industrielle, qu’artistique. Ce destin est identique à celui de la peinture à la Renaissance et, plus largement, à celui des arts dits “libéraux”, au sens où le passage du statut de copiste à celui de maître écrivain est comparable à la conquête du statut d’artiste initiée par Léonard De Vinci – car nous savons que c’est de cette façon qu’est né l’Art au sens moderne du terme.

Quoi qu’il en soit, il y a un point commun essentiel aux grandes traditions calligraphiques d’Orient et d’Occident. La calligraphie est un Art empreint de spiritualité et une voie privilégiée de l’expérience du spirituel dans l’Art. Qu’il s’agisse de la méditation du lettré taoïste ou du moine bouddhiste, de la sacralité originaire de l’écriture du Saint Coran ou de la pratique dévotionnelle du moine chrétien qui s’attache à la copie dans une vie de prière, la calligraphie est une ascèse qui n’est ce qu’elle est que parce qu’elle était traditionnellement le fait d’êtres spirituels, des lettrés et des religieux, et qui demande pour le moins un haut niveau d’attention et de concentration. C’est cet ancrage dans la spiritualité qui fait que la tradition latine de la plume a ceci de commun avec la tradition arabe du calame et celle du pinceau chinois que les qualités d’esprit du calligraphe sont à la source de la qualité de son geste, de la qualité de son trait et de celle son œuvre.

 

La voie royale

La pratique des styles est la voie royale de l’exercice de la calligraphie. Toutes les traditions calligraphiques possèdent un registre de styles qui sont autant d’écoles de maîtrise et de voies d’approfondissement de la calligraphie. Particulièrement riche en styles, la tradition latine requiert un minimum de connaissances. Il convient d’abord de voir qu’il y a deux façons de comprendre les styles : qu’ils se distinguent par leur histoire et qu’ils se classent selon leurs finalités. D’une part, ils se différencient par la diversité des conditions qui font leur identité, à savoir l’usage d’outils spécifiques, les contextes historiques, les mutations socio-économiques, les facteurs culturels tels que l’émergence de nouveaux idéaux philosophiques ou de nouvelles normes esthétiques… D’autre part, ils sont déterminés par les deux finalités propres à l’écriture, à savoir l’écriture de livre qui est attachée à la production du manuscrit et dont le tracé est pour cela astreint aux codes d’une parfaite lisibilité, et l’écriture courante destinée à la correspondance, la prise de notes ou la liste des commissions, et dont le tracé est à l’inverse conditionné par une exigence de vitesse et de fluidité.

La pratique des styles est liée à la connaissance de ces environnements culturel et esthétique. De ce fait, le calligraphe est généralement un lettré, voire un érudit, qui aime le monde du livre et se plonger dans l’Histoire. Toutes les traditions et tous les styles ont en effet ceci de commun que c’est un contexte historique, l’esprit d’un temps, la culture d’une époque, qui fait émerger un geste. Ainsi, pour le calligraphe, la maîtrise d’un style est une expérience particulièrement cultivée. Riche d’un sens anthropologique, c’est la redécouverte du geste propre à l’esprit d’un temps. C’est en effet ce qui fait l’intérêt de la pratique des styles et, plus fondamentalement, la valeur de l’Art de la calligraphie, que c’est un domaine où (contrairement à ce qui se passe dans celui de l’art dit contemporain) l’Art reste inséparable de son passé et de sa technique, autrement dit, que c’est une ascèse dont la maîtrise est liée à la possession et au respect de connaissances et de codes très précis, mais qui culmine dans l’expérience de la plus grande liberté. Et c’est tout l’art du calligraphe de marier une grande maîtrise technique à une grande liberté d’expression.

C’est dans cet esprit que Nour LEKHAL enseigne l’Anglaise et la Bâtarde gothique.

L'Anglaise

La Bâtarde gothique